Consortium WASH RDC

L'expertise de cinq ONG internationales


Leave a comment

Comment améliorer la desserte en eau potable en milieu rural ?

photo-1

Maître Gabin Lulendu, expert en questions juridiques au Comité National d’Action de l’Eau et de l’Assainissement (CNAEA) et Sébastien de Longueville, directeur du Consortium WASH RDC parlent des problèmes d’accessibilité à l’eau potable en milieu rural dans l’émission Parole aux Auditeurs, de Radio Okapi.

Écoutez et partagez vos opinions!

 


Leave a comment

Journée Mondiale de l’eau 2014

La République Démocratique du Congo est parmi les pays avec les niveaux de desserte en eau potable les plus bas de la région, malgré l’abondance de ressources en eau. Le secteur de l’eau en RDC est caractérisé par :

  •       Existence d’un potentiel en eau, important et facilement mobilisable
  •       Consommations spécifiques éloignées de l’objectif de 20 l/j/habitant
  •       Faible capacité des comités de gestion à assurer la pérennité des ouvrages d’eau potableexistants
  •       Insuffisance des financements dans le secteur  comparés aux besoins et aux objectifs
  •       
Manque de sensibilisation à la préservation, à l’utilisation et à la pérennisation des ressources etdes ouvrages.

Le taux de couverture d’approvisionnement en eau potable national se situe entre 17,3% et 31,1% en milieu rural, et entre 12,3% et 57,3 % en périurbain. Il existe une grande disparité spatiale de l’accès à l’eau potable entre les provinces. La situation est très préoccupante pour le Maniema (15,2%), l’Equateur (19,2%), le Bandundu (23%) et le Kasaï Occidental (23,4%) où l’on compte moins d’un ménage sur quatre buvant de l’eau potable. 

Il convient aussi de signaler que 65% de la population dont principalement les femmes et les enfants, dépense en moyenne 90 minutes/jour pour chercher de l’eau 

À l’occasion de la Journée Mondiale de l’eau, le Consortium WASH RDC a préparé plusieurs activités pour souligner la nécessité d’approuver dans le plus bref délais le Code de l’Eau.

La RDC a besoin d’un cadre législatif clair pour :

  •       établir les droits et obligations des différentes parties prenantes ;
  •       favoriser la sécurité juridique ;
  •       assurer la cohérence dans l’application des textes sectoriels éparpillés (ex. ordonnance sur la protection des sources, décret sur le régime de l’utilisation de l’eau…)
  •       favoriser la coordination des acteurs ;
Célébration de la Journée Mondiale de l'Eau sous l'égide du CNAEA. Table ronde sur les enjeux de l'accessibilité à l'eau potable en milieu rural en RDC.

Célébration de la Journée Mondiale de l’Eau sous l’égide du CNAEA. Table ronde sur les enjeux de l’accessibilité à l’eau potable en milieu rural en RDC.

Lisez les articles publiés sur Adiac Congo et l’Observateur.


1 Comment

1ère édition des Revues Techniques du Consortium WASH RDC

Plateforme d’échange et de valorisation des solutions existantes, le Consortium WASH RDC voudrait tout au long des quatre années de mise en œuvre du programme traiter de façon régulière la discussion stratégique du secteur en RDC à travers ses Revues Techniques biannuelles. Ces réunions représentent une occasion unique de partager les résultats, les questions et les bonnes pratiques du secteur, ainsi que de remettre en question l’approche du Consortium vis à vis des partenaires externes.

La 1ère édition des Revues Techniques du Consortium WASH RDC, qui a été organisée les 24 et 25 février à Kinshasa, à réunit une cinquantaine d’acteurs qui sont venus analyser et explorer les solutions pour répondre aux défis caractérisant le secteur de l’Eau, l’Hygiène et l’Assainissement en République Démocratique du Congo. La variété des profils des participants (pouvoirs publics, ONG, secteur privé, experts, représentants des communautés et bailleurs de fonds) et le partage d’expériences ont considérablement enrichit les débats.

L’objectif  était de réfléchir aux enjeux majeurs auxquels les agences chargées de la mise en œuvre du programme du Consortium WASH RDC se voient confrontées lors de la première phase d’intervention, intégrer dans la mesure du possible les recommandations des parties prenantes et analyser la possibilité de proposer des actions coordonnées.

Les trois sujets de discussion proposés ont été le choix des villages d’intervention, la mobilisation communautaire pour le changement de comportements et l’utilisation de l’approche économique vis à vis de la pérennisation des infrastructures d’approvisionnement en eau potable. Au delà des focus thématiques et des séances plénières de restitution et mise en commun qui ont rythmé les deux journées d’échange, cette première édition a été marquée par un résumé des activités du Consortium WASH RDC, la présentation des conclusions de la Revue Technique interne, l’exposé des différents projets de recherche et d’innovation entamés par les agences membres du Consortium et la présentation par un expert international de l’approche LCCA.